comment faire du beurre de karité maison

Comment faire du beurre de karité maison ?

Le karité est un arbre originaire de l’Afrique de l’Ouest. Le beurre de karité, confectionné à partir des noix, occupe une place séculaire dans les usages traditionnels. Il servait d’huile végétale et de pommade. Les qualités exceptionnelles reconnues à ce beurre ont étendu sa renommée hors du continent.

Autrefois fabriquée de manière artisanale, l’industrie cosmétique l’a quelque peu dénaturé avec le temps. En effet, le beurre de karité moderne n’a plus toute la fraîcheur et le charme de sa cousine d’antan. Nous vous proposons de redécouvrir le beurre de karité fait maison, avec la méthode traditionnelle du terroir.

La récolte, le dépulpage et la cuisson

Le procédé de fabrication du beurre de karité est détenu par des femmes rurales depuis des siècles. Il est demeuré tel quel jusqu’à présent.

Cette activité débute par la récolte des fruits mûrs du karité de mi-juin à mi-septembre. La récolte s’effectue par ramassage suivi de la sélection des meilleurs fruits. Ceux-ci sont aussitôt employés dans le processus. La pulpe du fruit est ensuite retirée et la noix est récupérée. On procède aussitôt au lavage des noix qui sont ensuite mises à cuire dans une eau bouillante. Durée de cuisson : 1 heure dans une eau en ébullition. Les noix sont, après cuisson, envoyées au séchage au moyen des rayons solaires.

À partir de là, il est possible de conserver les noix dans des sacs, à bonne température, sur une période allant jusqu’à deux ans.

Le décorticage, le broyage et l’extraction

Les noix séchées sont ensuite soigneusement décortiquées. Pour ce faire, les femmes emploient des pilons et des mortiers traditionnels, éventuellement des décortiqueuses. Les brisures de coques sont ensuite ôtées intégralement par vannage. Seules sont conservées maintenant les amandes en très bon état.

À leur tour, les amandes sont mises à laver avec un grand soin puis séchées au soleil pour en extraire toute eau.

Vient maintenant l’étape de broyage des amandes à l’aide d’un moulin. La pâte fine obtenue est barattée avec de l’eau afin d’en retirer la matière grasse. Elle est ensuite pressée et filtrée à maintes reprises. On y ajoute de manière alternée de l’eau froide et tiède, puis le mélange est battu énergiquement jusqu’à devenir blanchâtre. La mousse émulsifiante qui surnage le tout est récupéré, filtrée puis chauffée fortement pendant 15 minutes. Après décantation, on prélève l’huile qui est en surface. Dès qu’elle revient à température ambiante, l’huile se solidifie et prend l’aspect onctueux du beurre de karité traditionnel.

Le beurre de karité traditionnel : 100% pur et bio !

Un premier constat se dégage de tout le processus de fabrication : l’importance du lavage. En effet, le lavage intervient au niveau des noix puis des amandes. La pâte obtenue est aussi filtrée plusieurs fois. Les impuretés sont donc supprimées avec grand soin. Il en est de même pour les débris de coque. Le chauffage a aussi permis d’éliminer les germes et autres bactéries.

Le second élément qui retient l’attention est le non-recours systématique à toute forme de substance chimique. Tout est fait de manière naturelle. Le beurre ainsi obtenu conserve toutes ses propriétés et ses vitamines. Il s’agit des vitamines A, E, F et D, excellentes contre les rides et la sécheresse des cheveux.

Face au beurre fabriqué avec des procédés mécaniques ou chimiques, le beurre de karité fait maison est le meilleur. Si vous ne parvenez pas à en fabriquer vous-mêmes, optez quand même pour du beurre de karité bio.

Nous vous invitons aussi à découvrir : quelle est la meilleure chantilly de karité ?