Maladie de Parkinson: l’alimentation peut-elle être une stratégie thérapeutique?

Maladie de Parkinson: l'alimentation peut-elle être une stratégie thérapeutique?

La maladie de Parkinson, à l’instar d’autres maladies neurodégénératives, a un impact majeur sur le mode de vie des personnes atteintes. C’est une maladie qui affecte aussi bien les hommes que les femmes et est plus fréquente à l’âge adulte (70- 80% des cas), alors qu’il est rare qu’elle se manifeste avant 45 ans (5% des cas). Actuellement la question d’un lien possible entre l’alimentation et la maladie de Parkinson, se pose de plus en plus.

Nous nous attaquerons au problème en le décomposant en plusieurs étapes. En fait, dans les premiers stades de la maladie, vous pouvez remarquer une augmentation de poids, ce qui peut conduire, dans certains cas, même le surpoids et l’obésité. Cela se produit principalement en raison d’une réduction de l’activité physique (à la fois en tant que pratique sportive et en tant que mouvement quotidien) et / ou de certains médicaments, en particulier des agonistes dopaminergiques.

Le comportement alimentaire et maladie de Parkinson

En fait, ces médicaments agissant sur le système nerveux sympathique et parasympathique, peuvent déclencher, chez certains patients, un comportement alimentaire compulsif ce qui conduit à une hyperphagie (augmentation remarquable de l’appétit), à l’hyperglycémie et la dyslipidémie.

Ce comportement peut favoriser l’apparition de maladies dégénératives chroniques telles que l’obésité, le syndrome métabolique, le diabète sucré de type II, l’hyperlipidémie (hypercholestérolémie et d’hypertriglycéridémie), l’hypertension artérielle, l’hyperuricémie, l’ostéoporose et même certaines formes de tumeurs.

Par contre, aux stades les plus avancés de la maladie, il y a souvent une perte de poids considérable. Ceci est principalement dû au ralentissement gastrique induit par les médicaments et à la perte d’appétit qui en découle ; dysphagie, à savoir la difficulté à avaler (l’une des conséquences de la maladie de Parkinson ainsi que la constipation) ou l’augmentation des besoins énergétiques quotidiens, causée par dyskinésies.

Ce sont des mouvements / fluctuations involontaires dus à des médicaments, en particulier des agonistes dopaminergiques. Par conséquent, la nutrition représente une stratégie thérapeutique non pharmacologique importante pour promouvoir une plus grande efficacité des médicaments et assurer un bon état de santé pour les patients. L’adoption d’une alimentation saine et équilibrée comme le régime méditerranéen peut favoriser le maintien d’un bon état de santé, même dans le cas de la MP. Le régime ne doit pas être compris comme un sacrifice ou une privation, mais comme un régime visant à maintenir et à améliorer le bien-être de la personne. Il est important que, pour un patient atteint de la MP, le risque de maladies métaboliques, cardiovasculaires et ostéo-articulaires soit réduit autant que possible.

De plus, le dosage de nombreux médicaments pour le traitement de la maladie de Parkinson, en particulier la lévodopa, est influencé par le poids corporel.  Il est important que, pour un patient atteint de la MP, le risque de maladies métaboliques, cardiovasculaires et ostéo-articulaires soit réduit autant que possible.

La pyramide alimentaire

La base de la pyramide

À la base de la pyramide, il y a des conseils comportementaux à garder à l’esprit. Il est essentiel de boire au moins 1,5 à 2 litres d’eau (naturelle ou gazeuse) chaque jour, loin des repas. L’eau est le moyen indispensable dans lequel se produisent toutes les réactions métaboliques de l’organisme, y compris celles de la digestion des aliments et de l’utilisation des principes nutritifs qui y sont présents.

L’eau joue un rôle décisif dans l’amélioration de la régularité intestinale et du sentiment de satiété, en particulier lorsqu’elle est retirée du repas. De plus, l’eau est la principale source de calcium, dont l’absorption est nettement favorisée si elle est associée aux repas, grâce à la présence de protéines animales et végétales naturellement présentes dans les aliments. Enfin, il ne faut pas oublier que nous sommes tous composés de 50 à 70% d’eau. Une autre règle comportementale est évidemment le mode de vie actif, qui doit être compatible avec le degré de progression de la maladie.

Dans ce cas, des conseils valables peuvent provenir de physiothérapeutes. Il est également essentiel de surveiller le poids sur une base hebdomadaire afin de détecter à temps toute variation de poids indésirable, à la fois croissante et décroissante.

La modification involontaire du poids est souvent un signal d’alarme pour comprendre si ce qui est introduit dans l’alimentation est suffisant pour satisfaire les besoins énergétiques de l’organisme. Il aide à surveiller à la fois les personnes souffrant de faim compulsive et celles qui ont une perte d’appétit, une altération des saveurs ou même une ageusie (perte de sens du goût) due à un traitement médicamenteux.

La 2ème étape : Les glucides, les fruits et les légumes

Sur la deuxième étape de la pyramide on trouve les glucides complexes, consistant en des pâtes, du riz, des céréales (telles que l’épeautre, l’orge, le maïs), du pain, des produits de boulangerie (craquelins, biscuits, biscottes) et des tubercules tels que les pommes de terre. Ils sont la principale source d’amidon (un glucide ou un sucre complexe) et doivent fournir 50 à 60% de l’énergie quotidienne. Il est préférable d’orienter le choix vers des aliments entiers, à la fois parce que les fibres présentes favorisent la régularité intestinale et qu’elles ont un index glycémique inférieur. Cela favorise une plus grande sensation de satiété et une augmentation plus faible de la glycémie après les repas, réduisant ainsi le risque de développer une hyperglycémie et un diabète de type II.

Les légumes et les fruits ne devraient jamais manquer sur la table, au moins 5 portions par jour, éventuellement de couleurs différentes. En fait, la règle des «cinq par jour» vous invite à consommer quotidiennement des légumes et des fruits blancs, jaunes, rouges, verts et bleus, afin d’assurer un équilibre alimentaire regroupant toutes les vitamines, minéraux et antioxydants nécessaires pour favoriser un bon état de la santé. Si pour les légumes (évidemment les pommes de terre et les légumineuses ne sont pas des légumes), il n’y a pas de limite de quantité, mais pour les fruits, elle ne devrait pas dépasser 450 g par jour. Le fruit est en tout état de cause une source de sucres simples (notamment le fructose et le saccharose) qui, pris en excès, peuvent favoriser la prise de poids, l’hyperglycémie et les triglycérides (notamment le fructose).

Il est toujours conseillé de choisir des fruits et légumes de saison, car leur teneur en micronutriments est plus grande, de même que leur degré de maturité. Le fruit peut être consommé soit après les repas, soit en dehors des repas, en fonction de la tolérance individuelle: pour ceux qui souffrent de météorisme, il est conseillé de le consommer comme collation.

La 3ème étape : Les aliments protéiques

La troisième étape est représentée par les aliments protéiques tels que la viande, le poisson et les œufs, qui sont les principales sources de protéines nobles (c’est-à-dire les plus complètes en ce qui concerne la composition en acides aminés). Les aliments protéiques doivent être présents à chacun des principaux repas, car ils apportent les acides aminés essentiels pour construire les protéines de l’organisme (qui agissent comme enzymes, hormones, facteurs de coagulation, transporteurs, etc.) et préserver la masse musculaire (protéines connues). Ils sont des composants indispensables des muscles).

Les protéines favorisent également une sensation de satiété supérieure à celle des glucides et contribuent à réduire l’indice glycémique des aliments. Il est préférable de se concentrer sur la viande blanche (poulet, dinde, lapin) et de limiter le rouge à une fois par semaine. Même le poisson ne devrait jamais manquer sur la table, fraîs ou congelés, préférant le bleu (anchois, hareng, sardines, lézards, etc.) riche en oméga-3. Le saumon est également un autre poisson riche en oméga-3, mais il est préférable de le limiter à une fois par semaine. Il y a aussi des poissons tels que le bar, la dorade, la plie, la morue et le merlu, faibles en gras. Les mollusques et les crustacés, qui sont plus riches en cholestérol (une fois tous les 10 jours), devraient être limités. Les œufs sont une autre source importante d’acides aminés essentiels (considérés comme l’aliment de référence pour l’exhaustivité), ainsi que des minéraux et des vitamines liposolubles (sont absorbés par des graisses). Ne pas dépasser deux oeufs par semaine, compte tenu également de l’œuf qui peut être présent dans les produits de boulangerie, en particulier ceux du petit-déjeuner. Ceux qui n’aiment pas particulièrement la viande et le poisson ou qui ont des problèmes d’hypercholestérolémie ne peuvent utiliser que le blanc d’œuf, qui est le composant protéique.

La 4ème étape : Les légumineuses

À l’étape suivante, il y a des légumineuses, une autre source importante de protéines, mais qui manquent de certains acides aminés essentiels. C’est pourquoi ils doivent toujours être combinés avec des glucides complexes pour couvrir toutes les exigences du corps. Ils se composent de pois chiches, haricots, fèves, lentilles, pois et soja.

Ils doivent être consommés au moins 2 fois par semaine, frais, congelés et secs. Parmi ceux qui sont frais ou congelés, vous pouvez consommer une portion 4 fois plus élevée que les portions sèches. Pour ceux qui ont des problèmes de météorisme ou de flatulence en même temps que la consommation de légumineuses, il est possible de les faire cuire en ajoutant des graines de fenouil et des feuilles de laurier dans l’eau de cuisson et de les passer au moulin à légumes. De cette façon, la cuticule, la partie responsable de la turbulence intestinale, sera éliminée.

Autres aliments : Conseils et suggestions

Même les viandes salées et les viandes transformées sont une bonne source de protéines, mais doivent être limitées à un maximum de 2 fois par semaine. En fait, ils sont riches en graisses saturées (celles dangereuses pour le cœur), en sel (favorisant l’hypertension) et en conservateurs (nitrates et nitrites).

Il en va de même pour le fromage: maximum deux fois par semaine, toujours pour la teneur en gras et en sel.  Quant au lait et le yaourt: ils doivent être introduits quotidiennement. Nous recommandons une portion de lait écrémé (ou partiellement écrémé) ou de yogourt blanc faible en gras pour le petit-déjeuner et une portion de yogourt blanc faible en gras pour la collation de l’après-midi. Si vous ne l’aimez pas, vous pouvez ajouter les fruits pour la journée. L’avant-dernière étape est représentée par les condiments: l’huile d’olive extra vierge et le beurre. Le premier est considéré comme le condiment d’excellence, grâce à sa source d’acides gras essentiels, notamment les acides gras oméga 3 et polyinsaturés, ainsi que les vitamines liposolubles telles que la vitamine E (un puissant antioxydant).

Chaque jour, 2 à 4 cuillères à soupe de soupe à l’huile sont souhaitée et déterminées en fonction de vos besoins caloriques quotidiens. Il est important de choisir une huile de bonne qualité, qui ne modifie pas le goût des aliments et ne présente pas une acidité excessive. Le beurre, contrairement à l’huile riche en acides gras saturés, devrait être limité à une fois par semaine. La dernière étape est représentée par les desserts: se limiter à une fois par semaine. Dans ce cas également, il est préférable de se concentrer sur la qualité en préférant les desserts simples sans obturations complexes. Mieux vaut choisir un gâteau aux pommes ou au yaourt, ou une tarte aux fruits ou un pudding, plutôt qu’un tiramisu, une tarte à la crème ou du glaçage.

Pour le vin et la bière: ceux qui doivent perdre du poids doivent être limités à un seul verre par semaine. Dans d’autres cas, il est préférable de se limiter à un demi-verre pour le déjeuner. Le vin et la bière sont en tout cas des sources de calories, mais pas de nutriments: ils favorisent donc la prise de poids.