Problème d'éjaculation

Problème d’éjaculation : Solution & Santé

Problème d'éjaculation

Au nombre des problèmes liés à la sexualité de l’homme, les plus récurrents sont les troubles de l’érection et les dysfonctionnements éjaculatoires. L’invention du Viagra, une certaine pilule bleue, et d’autres remèdes similaires a permis une réduction et un traitement plus aisé des troubles érectiles. Par contre, les problèmes d’éjaculation demeurent toujours. En effet, 50 % de la population masculine en France reconnaît y avoir déjà été confrontée. Voici ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Les différents types de troubles éjaculatoires

Leurs causes étant multiples, le problème d’éjaculation se manifeste différemment d’une personne à une autre. Ainsi, on recense quatre sortes de dysfonctionnements éjaculatoires bien précis.

L’éjaculation précoce

De tous les troubles de l’éjaculation, c’est de loin celui dont la grande majorité des hommes se plaint. Les professionnels de la santé estiment à 30 % le nombre d’hommes en France qui souffrent de ce problème sexuel.

Il se manifeste par la survenance trop rapide et non souhaitée par l’un ou l’autre des deux partenaires de l’éjaculation et par l’incapacité systématique ou très récurrente à contrôler ou à retenir l’éjaculation.

Tels sont les caractéristiques de l’éjaculation précoce ou prématurée. Elle engendre des conséquences psychologiques négatives.

L’éjaculation tardive ou retardée

On évalue entre 3 et 10 % le taux d’hommes souffrant d’éjaculation tardive ou retardée. Bien que ne touchant que peu d’hommes, il n’en demeure pas moins vrai que ce trouble affecte les performances sexuelles. De tous les problèmes d’éjaculation, c’est sans aucun doute l’un des plus incompris. Il ne s’agit pas d’une totale inaptitude à évacuer le sperme mais plutôt d’une difficulté à parvenir à l’orgasme.

L’éjaculation tardive ou retardée peut être primaire. C’est-à-dire qu’elle a toujours été présente dès le départ (début de la vie sexuelle). Par contre, elle est dite secondaire quand elle apparaît après une durée sans problème. Dans la plupart des cas, l’éjaculation tardive secondaire est une conséquence d’un événement traumatisant.

Elle est passagère quand elle n’arrive que dans certaines situations, et globale quand malgré tout elle persiste.

L’éjaculation rétrograde

Au moment de l’orgasme, le sperme au lieu d’être expulsé par le pénis, retourne dans la vessie. Il est par la suite, évacué au même moment que l’urine. C’est ce qui caractérise ce trouble éjaculatoire (le moins répandu de tous). Un certain nombre de pathologies et de facteurs peuvent causer l’éjaculation rétrograde. Il s’agit notamment :

  • d’une opération chirurgicale ayant pour cause la perturbation du sphincter
  • de diverses médications
  • de lésions nerveuses
  • du diabète.

Même si elle n’impacte pas les performances sexuelles et la sexualité en général, l’éjaculation rétrograde doit être traitée car elle agit sur la fertilité.

L’anéjaculation

Dans ce cas-ci, bien qu’il y ait érection, mais le sperme n’est carrément pas émis ou même produit. L’absence d’orgasme accompagne généralement ce trouble. L’anéjaculation peut être innée. Elle est alors dite primaire. Elle est dite acquise et donc secondaire, quand elle apparaît soudainement.

Les causes des problèmes d’éjaculation

Les troubles liés à l’éjaculation ne sont pas uniquement d’origine psychologique. C’est d’autant plus vrai en ce qui concerne l’éjaculation précoce. Il peut s’agir d’une hypersensibilité génétique associée ou non à des problèmes neurobiologiques.

  • Pathologie neurologique
  • Hyperthyroïdie (anomalies de la glande thyroïde)
  • Prostatite chronique (inflammation de la prostate)
  • Hypersensibilité de certains nerfs récepteurs (ceux liés à la sérotonine notamment)
  • Troubles de la transmission des messages nerveux au cerveau
  • Hyperexcitabilité liée au réflexe d’éjaculation
  • Trop grande sensibilité du gland

Ce sont quelques-uns des facteurs favorisant l’éjaculation précoce. Il existe également des facteurs psychologiques et environnementaux qui jouent un rôle dans ce trouble. Ce sont :

  • la prise de certains traitements comme les antidépresseurs,
  • de mauvaises habitudes de vie,
  • l’alcoolisme,
  • l’intoxication au tabac,
  • le surmenage,
  • l’âge.

Connaître la cause d’un trouble de l’éjaculation permet de mieux le traiter.

Comment se traitent les troubles d’éjaculation ?

À cause des nombreux facteurs pouvant générer les problèmes éjaculatoires, la prise en charge se fait sur plusieurs plans. Dans un premier temps, on recherche les causes éventuelles et on met en place un protocole de traitement. Celui-ci combine très souvent l’intervention médicale et l’aide psychologique. Ainsi, le patient peut très vite se remettre et avoir plus d’expériences sexuelles positives. Cela lui permet en parallèle d’augmenter sa confiance en lui.

Le problème d’éjaculation précoce se traite généralement avec une médication et des crèmes à usage quotidien. Toutefois, si le trouble persiste, il faut envisager des origines médicamenteuses ou chirurgicales.

Pour ce qui est du volet psychologique, il est parfois nécessaire d’intervenir avec une psycho-sexo-éducation. Elle sera accompagnée d’une sexothérapie basée sur les difficultés relationnelles dont le manque de confiance en soi.

Il existe pour cela des spécialistes qui vous guideront à travers des vidéos de coaching. Ces professionnels vous permettront de mieux comprendre les causes de votre éjaculation précoce et vous aideront à résoudre le problème en mettant en place le traitement adapté. Vous avez alors accès à un programme efficace basé sur une méthodologie scientifique.

Vidéo : Problème d’éjaculation ? Voici la solution