Somnifères : peut-on s’en passer ?

Forts de par leur nom médical « hypnotiques », les somnifères sont devenus des médicaments de prescription courante.

En effet, à tort et à travers, des ordonnances contenant une panoplie d’hypnotiques sont remises à des patients qui n’en ont pas forcément besoin.

La prescription de ce type de médicaments doit donc être rigoureuse et répondre à plusieurs règles et pour cause : il existe différentes classes de somnifères, qu’il faut connaître si l’on veut maîtriser leur prescription :

  • Les benzodiazépines.
  • Les barbituriques.
  • Les antihistaminiques de première génération de type H1.
  • L’opium.
  • Les alcaloïdes.
  • La morphine et la codéine.

Somniferes

Vous avez certainement relevé quelques noms de molécule dont la dangerosité n’est plus à démontrer, vous comprenez alors maintenant l’intérêt de bien savoir comment prescrire un somnifère !

Quels sont les risques liés à la prise de somnifères ?

Prendre des somnifères n’est pas sans risque, voilà pourquoi ces derniers ne devraient pas représenter une solution facile à tous les troubles du sommeil que vous pourriez rencontrer.

Une bonne approche diagnostique et thérapeutique consisterait plutôt à chercher sans relâche une cause à incriminer dans vos troubles du sommeil, et les traiter de façon efficace et non anarchique, car ne vous méprenez pas, les somnifères représentent bel et bien une solution facile. Ils agissent de sorte à taire le problème, au lieu de le traiter.

Aussi, la prise de somnifères n’est pas sans risque, puisque plusieurs risques ont été individualisés :

  • L’augmentation du risque de mortalité indirectement par l’augmentation du risque dépressif.
  • Les pertes de mémoire voire le développement de démences dans l’avenir, avec la maladie d’Alzheimer en tête de liste.
  • L’augmentation du risque de survenue d’un cancer, surtout pour la prise de benzodiazépines en grande quantité.
  • Un risque de somnolence diurne pouvant causer des accidents de la route et accidents de travail.
  • La dépendance et l’accoutumance à ces substances qui sont réputées pour causer des addictions.
  • Une dégradation de la qualité de votre sommeil : si ces derniers remplissent bien leur fonction d’inducteurs de sommeil, vous aurez beau dormir 18 heures vous vous réveillerez fatigués car la qualité du sommeil qu’ils offrent n’est pas réparatrice.

Les somnifères.. une solution réelle ou une mauvaise idée ?

Comme nous vous expliquions, les somnifères avec toutes les classes médicamenteuses qui les représentent sont totalement imprévisibles et leur usage nécessite énormément de rigueur et de surveillance.

Voilà pourquoi seul un médecin avisé et compétent peut s’amuser à prescrire des somnifères et dans des situations bien particulières !

Rajoutez à cela que la majorité des troubles du sommeil ont une cause bien précise sur laquelle il faut agir au lieu de tenter de régler le problème de façon temporaire et inefficace par des somnifères.

Des conseils divers :